La stratégie du jeu de Go

Apparu en Chine, le jeu de Go a une origine très lointaine. De la légende des deux dragons Hei-Zi (le noir) et Bai-Zi (le blanc) en passant par les empereurs légendaires Yao et Shun, les inventeurs de ce jeu très stratégique ne sont pas encore déterminés jusqu’à ce jour.

Dragon Chinois

Les traces du jeu ont été retrouvées notamment entre 722 et 481 avant J-C.
En 735, le Go fut exporté au Japon où il a connu un succès indéniable auprès de l’aristocratie locale et les samouraïs (pour élaborer leur stratégie militaire).

L’enjeu du Go a été très important au Japon. En effet, les Seigneurs y voient le meilleur moyen de se disputer le pouvoir au XVIème siècle.

Vers la fin du XIXème siècle, le jeu de Go connaît un franc succès en Europeet plus particulièrement en Allemagne ainsi qu’en Autriche-Hongrie. Actuellement près de 42 millions de joueurs sont recensés dans le monde dont environ un million en Europe.

Pour jouer au Go, rien de plus simple : une grille appelée communément GOBAN de 19 lignes et 19 colonnes que vous pouvez tracer facilement avec une pierre marquante et des pions noirs et blancs appelés PIERRES qui ne sont pas limitées lors d’une partie. Pour les plus équipés, ils utilisent des bols (un pour chaque joueur) pour mettre les pions capturés de l’ennemi ainsi qu’une horloge (similaire aux pendules d’échecs) pour délimiter la partie.

Comme pour tous les jeux de stratégie, le but du Go est de capturer tous les pions de son adversaire et ainsi, de gagner le plus d’espace possible.

Pour jouer au Go, il faut deux joueurs. Au tout début de la partie, le Goban est vide et c’est à tour de rôle que les joueurs que les joueurs vont aligner leurs pions sur les intersections libres de la grille. Le premier joueur détiendra les pions noirs et c’est lui qui va commencer la partie et le deuxième joueur, les blancs. A noter que contrairement aux autres jeux de société, les pierres ne sont pas à déplacer sur la grille. Un joueur peut passer son tour mais si les deux passent d’une manière consécutive, la partie est finie. Au Go, il y a la notion de « libertés ».

Les libertés d’une pierre sont donc les intersections libres qui sont adjacentes à cette pierre. Si un joueur supprime la dernière liberté d’une pierre de son adversaire, il capture ou tue la pierre. Pour savoir le vainqueur d’une partie, on compte les points de chaque joueur et c’est celui qui détient le plus de points qui gagne en ajoutant 5 point et demi pour celui qui a détenu les pierres blanches. Parfois on peut gagner à la limite d’un demi point.